JEUNE ET PRANA ET RESPIRIANISME : LES DIFFERENCES (28/09/2016)

Il m’est souvent demandé d’expliquer la différence et de me positionner entre le jeûne et l’alimentation
pranique ou le respirianisme. C’est une question qui ne se posait pas il y a quelques années bien avant
que la diffusion des informations autour de l’alimentation pranique, du prana ou des respiriens ne soient
diffusées à ce point, et puis le fait qu’il y ait de plus en plus de documentaires notamment en lumière, le
fait qu’il y ait de plus en plus de personnes se nourrissant de prana ou tentant de le faire ou en tout cas
s’en informant de plus en plus, et bien il y a de plus en plus d’informations qui se diffusent notamment
sur internet que ce soit sous la forme d’articles, de vidéos-documentaires, de témoignages, de
conférences.
Ce sont des informations qui tournent assez largement maintenant, à tel point qu’on en vient à confondre
le jeûne et l’alimentation pranique qui n’ont rien à voi,r et donc du coup dans tout ce méli-mélo
d’informations et dans toute cette confusion on me demande souvent d’y apporter un éclairage et des
explications. Ce que je vais faire ici de manière synthétique pour pouvoir démêler des choses qui
s’entrecroisent mais qui n’ont absolument rien à voir. Il y a beaucoup de personnes qui font l’erreur
grossière de confondre l’alimentation pranique et le jeûne, et qui amalgament le fait de se priver de
nourriture solide pour procéder à un repos physiologique c’est à dire jeûner pour générer une
détoxination, et le fait de vivre d’énergie subtile ; là c’est un choix de vie et c’est l’alimentation pranique.
Donc il y a d’une part le fait de choisir une forme de repos physiologique pour chercher à nettoyer des
toxines du corps, et d’autre part un choix de vie qui est souvent allié à une démarche spirituelle il faut le
dire pour vivre longuement et ce n’est pas une période qui est censée être transitoire. Le jeûne étant une
période transitoire de non alimentation temporaire pour un but précis; il y en a çà va être la perte de
poids, d’autres la détoxination, d’autres la régénération organique, d’autres cherchent un aspect curatif là
où le respirianisme tend plus vers un aspect qu’on va dire spirituel donc comme un but de vie.
Donc çà n’a absolument rien à voir. On ne peut pas comparer ces deux modes parce que on ne peut pas
se passer de nourriture. On peut vivre d’énergie pranique durant des années là où on meurt de jeûner
trop longtemps. La différence fondamentale on pourrait déja la résumer là et je pourrais presque
m’arrêter ici.
Il n’y a pas d’apport énergétique dans le cadre d’un jeûne hydrique à l’eau que ce soit matériel ou
immatériel ; là où il y a de l’énergie sous forme de prana qui est le carburant dans le cadre du
respirianisme. On va dire que le corps de manière générale, il subsiste grâce à des carburants et de
l’énergie.
Le jeûne lui va venir puiser dans des réserves au départ qui vont être le sucre est puis très rapidement
les graisses et c’est la combustion de ces graisses là en énergie, et c’est leur transformation sous forme
de sucre, qui va viser à assurer le maintien en vie de l’organisme. Le but ce sera la détoxination puisque
l’économie faite sur la digestion au niveau énergétique va aller vers les processus de détoxination.
Mais lorsqu’il n’y a plus de réserves graisseuses le corps lui va s’attaquer aux réserves musculaires , et
donc çà c’est après des jours et des semaines de jeûne suivant la quantité de réserve graisseuse qu’on
a, généralement des semaines, avant qu’on s’attaque aux réserves musculaires, et le cœur étant un
muscle et bien il va y avoir détérioration du muscle cardiaque voire arrêt cardiaque donc mort.
Donc la mort peut subvenir dans le cadre d’un jeûne long ou en tout cas bien trop prolongé.
Donc le jeûne requière systématiquement et perpétuellement de l’énergie car le fait de vivre même
requiert de l’énergie. Le jeûne peut uniquement exister grâce aux réserves du corps ; c’est ça qu’il faut
conserver à l’esprit lorsque déjà on évoque ces deux choses.

Si on doit parler du respirianisme, lui peut exister en tant que phénomène car le corps on va utiliser un
carburant qui s’appelle le prana qui est à disposition de manière universelle et inépuisable dans l’air,
mais ça veut bien dire que déjà il y a utilisation d’énergie externe, là où le jeûne lui n’utilise pas de
réserves extérieures ; il va utiliser des réserves endogènes à l’organisme que vont être les sucres, les
graisses et éventuellement les protéines au niveau de la musculature ; en temps normal c’est de l’ordre
de 5% mais quand il n’y a plus de réserve graisseuse c’est beaucoup plus, quasi 100%.
Le respirianisme ce n’est absolument pas l’absence de nourriture contrairement au jeûne c’est l’absence
de nourriture sous sa forme matérialisée sous sa forme densifiée. Il faut rappeler qu’on ne peut pas vivre
sans ce nourrir donc les respiriens ou respirianistes eux ils vont se nourrir. Mais ils vont se nourrir
d’autres aliments que les autres individus ; ils vont se nourrir de particules d’énergie qu’on va appeler
des biophotons.
Alors les biophotons sont des particules qui ont été découvertes par le physicien allemand Fritz Albert
POPP dans le milieu des années 70. Et ce sont des particules de lumière photoniques. C’est pour ça

qu’il les a appelées les biophotons.
Ces particules elles viennent du soleil et plus largement du cosmos et de l’univers ; et puis elle émanent,
elles rayonnent du cosmos tout entier ; c’est pour ça qu’on les appelle des particules universelles. Alors
Fritz Albert POPP à l’instar d’autres scientifiques qui ont pris le relais en 40 ans et d’autres chercheurs
estiment que ces particules de lumière seraient à la base de l’élaboration de la vie, je dirais même de
toute forme de vie, ce sont elles qui animent toute forme vivante quel que soit le règne ; que ce soit au
niveau minéral, végétal, animal ou humain.
Et là si on va plus loin on peut dire que ça rejoint les principes d’électroculture qui reposent sur la
concentration de ces particules pour alimenter les végétaux durant la période de culture et de
croissance. L’électroculture, très rapidement, ça consiste à planter des antennes dans le sol pour capter
l’énergie cosmique, la renvoyer au tellurisme de la terre, et puis d’aider à la croissance vitale des
aliments. De manière générale on peut dire que les plantes elles possèdent ont un champ
électromagnétique autour d’elles, encore une fois ce sont les biophotons. Ainsi elles vont avoir à la fois
un corps physique et électromagnétique à l’instar de toute forme humaine comme l’humain.
L’électroculture va consister à disposer des antennes métalliques à certains endroits pour renforcer la
vigueur électromagnétique des plantes. Elle va permettre à certaines informations dont elles ont besoin
d’aller vers elles.
Alors l’inventeur George Lakovski, qui est très connu, a vu ses travaux reconnus, ses travaux sur les
circuits oscillants, par l’académie des sciences. Et puis il y a tout un tas de chercheurs qui ont travaillé
sur l’électroculture depuis une vingtaine d’années. Aujourd’hui il y a tout un tas d’ouvrages. Il y en a un
français très connu de Maxence Laillé et de Roland Verlaine qui s’appelle Electoculture ou La culture par
l’électromagnétisme je crois et qui présente longuement et de manière assez complète comment faire de
l’électroculture dans son potager ; c’est assez simple, les effets sont assez facilement observables.
Alors si on doit revenir … là je parlais de ça pour expliquer qu’en fait les biophotons, ce phénomène de
biophotons qui servirait d’alimentation pour les respiriens et bien sert d’alimentation pour toute forme
vivante.
Donc çà on l’a constaté de manière empirique et de manière plus scientifique, plus cherchée et plus
formelle à travers des expériences sur des végétaux et là on en est à l’aube de découvrir ce qu’il est
possible pour l’humain. Donc d’un point de vue scientifique on ne peut pas déterminer la composition du
prana c’est ça qui est important c’est que pour l’instant le prana c’est des particules mais on ne sait pas
de quoi sont composées ces particules. Et s’il n’y a pas d’outil d’analyse et de mesure pour cela ; en
revanche les avancées en matière physique quantique laissent entrevoir les possibilités à court et
moyen termes. C’est à dire que la physique quantique derrière l’agitation il y a du vide et puis il y a des
absences d’espace-temps qui laissent entrevoir des possibilités d’aller plus loin dans la compréhension
de ce qu’est le prana.
Donc vivre de prana pour les respiriens c’est avant tout se nourrir en conscience ; sous diverses formes
et à chaque fois sous des formes subtiles.
Alors se nourrir en conscience ça va aller dans des sens qui vont consister à pratiquer des exercices de
pleine conscience. Ces exercices de pleine conscience çà va être avec la méditation, des exercices de
visualisation créatrice, des activités créatrices matérialisées, de l’écriture, des travaux visuels, des
travaux de créations manuelles, des exercices d’anti maîtrise, du Qi Gong, du Tai Shi, du yoga de
l’énergie, des marches conscientes etc … en gros tout ce qui active le cerveau droit et tout ce qui relie
l’énergie à l’être humain.
Alors on va constater aussi dans sa différence entre le jeûne et puis la nourriture pranique des
différences visuelles et biologiques qui vont être très notables ; par exemple dans le jeûne il y aura des
pertes de poids qui seront très significatives et puis également il va y avoir des fluctuations de volume
des fluides dans le jeûne. C’est-à-dire les ???? de volume dans la vessie avec des excrétions on va
boire de l’eau donc il va y avoir des échanges gazeux et tout ça va être mesurable. Dans le prana on
n’aura pas de perte de poids si ce n’est dans le processus de transition ; ce qui est appelé processus de
transition qui dure généralement 21 jours et qui consiste en un processus de détoxination puisque pour
que le corps puisse accepter de recevoir la lumière, entre guillemets, c’est à dire de ce nourrir
uniquement de biophotons . Donc le jeûne, entre guillemets, fait partie de l’étape de transition vers la
nourriture pranique, et le jeûne n’est absolument pas la nourriture pranique et la nourriture pranique n’est
absolument pas le jeûne ; on va dire que si vous jeûnez 21 jours vous perdrez du poids 21 jours et si
vous jeûnez 40 jours vous perdrez du poids sur 40 jours ; là où pendant la nourriture pranique vous
aurez un poids constant une fois la période de transition effectuée. Alors il y a même des cas, c’est
rapporté dans le documentaire Lumière, je parle au conditionnel, il y aurait, des cas de personnes qui
grossissent en se nourrissant de prana …mais en général il y a une stabilisation du poids et il n’y a plus
d’excrétion, ni en urines, ni en excréments sauf pour ceux qui se nourrissent de lumière mais qui
continuent de boire un petit peu.
Alors le documentaire Lumière auquel j’ai déjà fait référence deux fois, c’est un documentaire de Peter

Arthur Straubinger qui est sorti en 2010 fin 2010 et qui relate des témoignages, alors y compris de
médecins et chirurgiens, mais surtout qui relatent des expériences en milieu hospitalier qui viennent
constater ces états. Donc c’est-à-dire c’est des personnes volontaires, même généralement insistantes
auprès des autorités médicales qui se sont fait analysées sous toutes les coutures : IRM, prises de sang,
analyses de peau, enfin toutes formes d’analyses ont été faites sur eux plusieurs dizaines de jours pour
constater ce qu’ils témoignaient au plus grand nombre, alors donc la science a pu constater ça, ces
états, mais elle n’a pas su expliquer. Elle a simplement plus pu les observer et les noter.
Même s’il n’y a pas eu d’explication c’est quand même une porte qui s’ouvre et qui vient heurter les
esprits cartésiens – ou dits cartésiens, mais c’est un fait qui aujourd’hui ne peut plus être nié ni rejeté car
dans le monde il y a des dizaines de milliers de personnes qui pratiquent le respirianisme et qui disent
se nourrir de prana. Alors là maintenant aujourd’hui il ne tient plus qu’à la recherche de venir expliquer
ça puisque les gens, à la limite, ce n’est pas leur rôle si eux ils ont trouvé un équilibre qui ne dégrade
pas leur santé, qu’ils vivent grâce à cela, c’est à la science de prendre le relais pour aller expliquer ce
qu’il se passe de manière concrète dans l’organisme.
En revanche au-delà de tout ça ce dont il faut être absolument certain c’est qu’il n’y a absolument rien à
voir entre le fait de jeûner et le fait de se nourrir de prana. L’un consistant à ne plus rechercher de
carburant et comptant sur les réserves du corps pour se détoxifier là où l’autre va utiliser un carburant
subtil mais bien réel pour vivre le prana. L’un durera quelques mois au mieux et l’autre peut durer des
années. Donc le jeûne pour finir en une phrase, c’est une période où on s’abstient volontairement de
ressources en carburant : l’alimentation, pour accéder à un repos physiologique dans le but de détoxifier.
S’alimenter de prana au contraire c’est continuer de s’alimenter mais sous une forme d’énergie plus
subtile et moins matérielle et dont le but n’est pas de détoxifier mais de vivre longtemps, j’allais dire,
jusqu’à sa fin physiologique.

Share This